PORTER LA VOIX DE TOU.TES

De Gréasque au monde…

Marina MESURE (31 ans) a grandi à Gréasque dans les Bouches-du-Rhône. Issue d’une famille de militants syndicaux, elle fréquente les mobilisations syndicales dès l’enfance et rejoint les manifestations lycéennes pour lutter contre le CPE.

La suite est un parcours atypique.

MARINA MESURE

COMPRENDRE LE SYSTEME POUR MIEUX LE CHANGER

Elle décide d’intégrer HEC Montréal. Elle se fera remarquer dans son école de commerce en prenant la tête d’une association « Conscience sociale en affaires » pour promouvoir les entreprises socialement responsables et venir en soutien aux communautés latino-américaines pour obtenir des licences de commerce équitable.

Puis départ pour le Mexique : vivre au quotidien le paradoxe entre grande richesse et extrême pauvreté. Elle devient bénévole dans une école primaire des quartiers populaires de Quérétaro.

UN ENGAGEMENT SYNDICAL

Elle débute sa carrière professionnelle à l’ONU, d’abord au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, puis à l’OIT où elle se spécialise en droit international du travail et notamment sur la défense de la liberté syndicale dans le monde. Après avoir été associée à plusieurs missions de l’OIT pour promouvoir des syndicats indépendants en Afrique et Asie, elle rejoint un syndicat mondial basé à Genève pour défendre les travailleurs migrants au Qatar en lien avec la Coupe du monde de football.

Puis de retour en France, elle intègre la CGT et s’occupe d’organiser et défendre les travailleurs détachés dans le secteur de la construction tout en dénonçant ce statut discriminatoire. Elle mène par ailleurs de nombreuses luttes pour la rénovation écologique des bâtiments et le désamiantage.

UN ENGAGEMENT POLITIQUE

Considérée par toutes et tous comme convaincue, compétente et motivée, elle intègre la liste de la France insoumise aux élections européennes en 2019. Sa candidature est alors soutenue par 76 syndicats de 38 pays. Depuis elle est Secrétaire générale du groupe parlementaire LFI au Parlement européen. En parallèle, elle continue à s’investir dans des associations gréasquéennes en lien avec l’aide alimentaire et la défense de l’environnement.